Ateliers
Jeux
Semaine de l'égalité

Le jeu des oies fâchées aux becs pointus

En mars dernier, la semaine de l'égalité se penchait sur les inégalités économiques et le rapport entre genre et argent.
Dans ce cadre, le dimanche à la Cité, nous avons imaginé détourner les jeux d'argent et faire un casino parodique pour finir la semaine de l'égalité !

Finalement, la proposition est allée bien au-delà : Jeanne Graf et Enora Leclerc, contactées pour créer les animations, ont imaginé la création d'un jeu de société qui plonge dans les archives des luttes féministes à Genève et leur rapport à l'argent. Elles se sont associées à Louise Nelson pour le graphisme et les illustrations.

Le jeu des oies fâchées aux becs pointus est un détournement du jeu de l'oie pour valoriser l'avancée collective plutôt qu'individuelle. Les différent-exs joueur-eusexs collectent des points savoir/contre-savoir, créativité/joie et réseau/solidarité et profitent des AG pour se les partager. Leurs choix et le coup du sort fait avancer plus ou moins le féminisme ou le patriarcat dans la société. Les pions sont des figurines de plastique dépareillées collectées sur les marchés, rendant le plateau de jeu assez drôle et intrigant. Au fur et à mesure, on peut également prendre connaissance des cartes archives et y réagir, comme un écho aux luttes contemporaines. Les archives proviennent des collections des Archives Contestataires, qui ont aidé pour la rédaction des cartes archives, et du fonds Grisélidis Réal.

Il a été joué pour la première fois à la Bibliothèque de la Cité. Depuis, il a été montré à la Buvette de l'Ecurie par les Archives Contestataires, à Porteous ainsi qu'à diverses autres occasions, puisque c'est un bon outil pour des échanges et des discussions.

Pour parler d'archives et de mémoire collective, saviez-vous que le Monopoly est à la base un jeu anticapitaliste? Il a été pensé par une femme, Elizabeth Magie. Il s'appelait The Landlord's game (le jeu du propriétaire foncier), et elle souhaite y démontrer les effets nocifs du monopole de la terre. Elle a développé ensuite deux jeux, le Monopoly et le Prosperity, aux objectifs opposés. Le brevet qu'elle avait déposé en 1904 ne l'a pas empêché de se faire piquer l'idée quelques années plus tard par Charles Darrow et Parker Brothers pour le Monopoly tel qu'on le connaît actuellement.
Toujours lié au genre et à l'argent, Elizabeth Magie s'est fait également connaître pour une annonce qu'elle avait fait paraître dans les journaux, où elle cherchait à se vendre à un homme, c'est-à-dire à se marier, en arguant que c'était la seule solution pour les femmes à ce moment pour survivre.

Lire l'article sur la semaine de l'égalité 2023 dans le Nota n°4.

En 2024, pendant la semaine de l'égalité, nous explorerons la thématique genre et environnement !

Ces articles pourraient vous intéresser

Se faire des signes en numérique

De parc en parc avec les BM 2024

Tournoi Super Smah Bros Mixte